La pierre vieillette

Les glaciations de l'ère quaternaire ont profondément marqué les paysages. Des glaciers gigantesques atteignant par endroits plusieurs kilomètres d'épaisseur descendaient des Alpes, élargissant les vallées, et charriant des tonnes d'alluvions et de roches.

Celle qui nous intéresse est le Riss, l'avant-dernière glaciation du quaternaire (-200 000 à -120 000 ans) qui a vu les glaciers du Rhône atteindre Lyon et la basse vallée du Rhône. À la fin de la glaciation, les glaciers se retirent découvrant des vallées rabotées en forme de U caractéristiques et abandonnant sur place les moraines formant des plateaux ou barrant les vallées.

Dès le dix-huitième siècle, les géologues s'intéressent à des blocs parsemant les basses vallées alpines et sans lien géologique avec les roches environnantes. On leur donne alors le nom de blocs erratiques parce qu'ils semblent perdus. Il faudra attendre le dix-neuvième siècle pour que des théories apparaissent qui expliquent les paysages et formations rencontrées dans ces vallées, par l'existence de périodes de glaciations. Les blocs s'inscrivent naturellement dans cette théorie : ils ont été arrachés aux Alpes et transportés par des glaciers, puis abandonnés ici et là au hasard de la fonte des glaces lors des réchauffements interglaciaires.

Le plus célèbre des blocs erratiques, au moins par ici, reste le gros cailloux de la Croix-Rousse qui trône fièrement dans le parc du même nom. Découvert lors des travaux de la Ficelle en 1892, son origine Alpine a été identifiée ; on l'a alors déplacé en bordure du boulevard d'où il domine la vallée du Rhône.

 

Quelque intéressants que soient ces monuments de notre ancienne histoire, ils disparaissent chaque jour, comme il a été dit plus haut. Les blocs du Mont de Sion, ceux du Vuache sont exploités sans relâche ; le bloc de la Commanderie, près de Belley, vient d'être détruit, de même que celui de la Chartreuse de Gortez, qui était célèbre pour avoir été signalé le premier sur le sommet des montagnes du Bugey. Un bloc gigantesque, situé à Saint-Genis-Laval, près de Lyon, au milieu d'un pays granitique, vient d'être brisé pour servir à la construction d'une maison, et le beau bloc de granit porphyroide, la belle pierre Vieillette, qui dominait le marais des Échets, en Dombes, a subi le même sort. En Beaujolais, on ne brise pas les blocs, mais on les enfouit dans des fosses profondes, puis on les couvre de terre et de plants de vignes ; c'est ainsi qu'à Nuelle, à Durette et ailleurs, la physionomie des anciennes moraines se modifie chaque année.

Gabriel A. Daubrée,
Membre de l'académie des sciences

"Rapport sur l'intérêt que présente la conservation de certains blocs erratiques situés sur le territoire Français - 1877."

Notre pierre aurait donc été abandonnée là à la fin du Riss (lors de la dernière glaciation - le Wurm - les glaciers resteront sensiblement en retrait et ne dépasseront pas la moyenne vallée du Rhône). Par la suite des alluvions comblent les vallées et recouvrent les moraines, notamment des loess fertiles charriés par le vent. Les blocs sont donc souvent enfouis sous terre, se manifestant seulement par un affleurement rocheux, qui ne donne qu'une vague idée de la taille du caillou.

En 1989, le tracé de l'A46 rencontrait un bloc erratique déjà identifié par un affleurement. Le nom de pierre vieillette lui fut donné en écho à un bloc erratique recensé vers le marais des Échets, et détruit au XIXème siècle (voir encadré). Comme il avait été fait cent ans plus tôt pour le Gros Caillou, il fut décidé de préserver ce témoignage de temps géologiques révolu, et des travaux conséquents furent entrepris pour la déplacer en bordure de l'autoroute.

Là elle veillait avec bienveillance sur le flux ininterrompu des véhicules et marquait fièrement l'entrée de Cailloux-sur-Fontaines (et accessoirement du Grand-Lyon).

En 2010 le raccordement de l'A432 prévoyait le déplacement de la pierre vieillette de quelques mètres afin de permettre l'élargissement des voies.

Malheureusement, suite à ce qu'on considèrera comme une mauvaise coordination du chantier, la pierre a été réduite à l'état d'un vulgaire tas de gravats le vendredi 23 avril 2010.

 

 

 

Le déplacement de la pierre vieillette en 1989 :

 

Cliquez pour afficher le diaporama complet

 

 
© copyright 2009-2017 - P.A.C.
Template declined from 'Colorfall' by [ Anch ] Gorsk.net Studio
Patrimoine
et
Actualité
de
Cailloux-
sur-Fontaines